Hoe bereid je je voor op het onbekende? – Comment se préparer à l’inconnu ?

Voor die uitdaging stonden wij met ons team van Kliniek Sint-Jan – net als alle anderen in de medische zorg – in de loop van de krokusvakantie, in de aanloop naar COVID19. En voor die uitdaging staan we sindsdien elke dag.

Aantallen. Intensiteit. Timing. Het onbekende laat zich niet in cijfers gieten voor het gebeurt. Je kan het alleen maar vermoeden, afleiden uit curves van landen die ons voorgingen in de coronacrisis.

Deze periode is een immense beproeving van onze veerkracht als zorgend team. Dag na dag worden beslissingen genomen, richtlijnen bijgestuurd, processen verbeterd. Op alle niveaus van ons ziekenhuis. Veranderingen geven angst en onrust. Maar toch vinden we als team telkens de kracht en de drive om ons aan te passen aan de realiteit van vandaag. Nee, om ons voor te bereiden op de realiteit van morgen. Want om deze crisis het hoofd te bieden moet je niet één maar drie stappen vooruit denken.

En in alle vertrouwen durf ik zeggen: we zijn goed voorbereid.
Tenten voor triage en extra afdelingen werden en worden in gereedheid gebracht. Diensten werden ontdubbeld, voor COVID19-patiënten en voor niet-COVID 19-patiënten: spoed, operatiekamer, dialyse … Teams worden herschikt, want ook als eigen mensen ziek worden, moeten we optimale zorg kunnen leveren. We maken lijsten van taken en lijsten van mensen: wie kan wat overnemen, wie werkt zich in in wat. En dan merk je eens te meer dat in een ziekenhuis elke taak levensnoodzakelijk is. Die van de poetsvrouw en de arts, van de verpleegkundige en de kok, van de onthaalmedewerkster en de aankoopbediende …

Het is belangrijk dat we alert en vooruitziend blijven. Maar even belangrijk vind ik het oog te hebben voor de gemoedstoestand van onze medewerkers: hun onrust bij veranderingen, hun angst om zelf ziek te worden, de bezorgdheid van hun gezinnen. We moeten goed zorgen voor elkaar. Dat zit in kleine dingen, een bemoedigend woord bijvoorbeeld. En in het luisterend oor van ons team psychologen dat klaarstaat om medewerkers te ondersteunen in deze intense tijd.

Zo dankbaar ben ik voor elk van die radertjes die de grote machine van Kliniek Sint-Jan doet draaien. Die onze goede zorgen voor de mensen garanderen. Vandaag en morgen.



Avant ce défi, nous étions, ainsi que l’équipe de Saint-Jean – et comme beaucoup d’autres dans le secteur des soins – en pleine vacances de carnaval et en route vers le COVID19. Et depuis, nous avons relevé ce défi chaque jour.

Des chiffres. De l’intensité. Un timing. Ce qui est inconnu ne se laisse pas quantifier avant qu’il ne se produise. On ne peut que le deviner, en le déduisant des courbes des pays qui nous ont précédés dans la crise du corona.

Cette période est une preuve immense de notre résilience en tant qu’équipe de soins. Jour après jour, des décisions sont prises, des lignes de conduites ont ajustées et des processus améliorés. A tous les niveaux de l’hôpital. Les changements entraînent de l’angoisse et de l’inconfort. Cependant, en tant qu’équipe, nous trouvons chaque fois la force de nous adapter à la réalité du jour et de nous préparer à celle du lendemain. Parce que pour faire face à cette crise, il faut anticiper non pas une étape mais bien trois.

Et en toute confiance, j’ ose le dire: nous sommes bien préparés. Des tentes pour le tri et des unités de soins supplémentaires ont été préparées et sont prêtes. Des services ont été dédoublés pour les patients COVID19 positifs et pour ceux qui sont négatifs : les urgences, le quartier opératoire, la dialyse, etc. Les équipes ont été réorganisées parce que même si notre propre personnel peut tomber malade, nous devons être en mesure de fournir des soins optimaux. Nous établissons des listes de tâches et des listes de personnes : qui peut prendre en charge quoi, qui travaille dans quel domaine. Et à ce moment, on remarque une fois de plus que, dans un hôpital, tous les métiers sont vitaux. De la technicienne de surface au médecin, de l’infirmier au cuisinier, du préposé à l’accueil à l’employé du service des achats.

Il est important que nous restions en alerte et regardions devant nous. Mais je pense qu’il est tout aussi important de garder un œil sur le moral de nos collaborateurs : leur inconfort face aux changements, leurs craintes de tomber malades, le souci de leurs familles. Nous devons prendre soin de chacun. Cela repose sur de petites choses, par exemple un mot d’encouragement ou l’oreille attentive de notre équipe de psychologues qui est toujours prête à soutenir nos collaborateurs.

Je suis donc tellement reconnaissante à toutes les personnes qui font tourner cette grande machine qu’est la Clinique Saint-Jean où nous garantissons les meilleurs soins. Aujourd’hui et demain.

Geef een reactie

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *